Pour m'insulter mail: Fiumefreddo    
         


Galerie de Fiumefreddo, peintre
Larnes, ville d'aquarelle

  The former Paris Market, replaced in 1976 by a hideous suburb-like shopping center. An insulting vicinity for the Saint-Eustache church. Alternative project designed by Valentin Fiumefreddo (Below)  

De l'art et la manière de se fâcher avec tout le monde à la fois. Tout d'abord avec les gens de bon goût, vous par exemple, qui bien entendu détestez cet endroit comme tout le monde, parce qu'il est laid, parce qu'il est dégradé, parcequ'il est raté. Mais aussi avec les architectes d'avant-garde, parceque les tentatives dérisoires de respect des gabarits hausmanniens (qui apparaissent en arrière-plan sur la photo ci-contre) concédées dans ce programme ont fait l'unanimité contre elles. L'enserrement de l'église Saint-Eustache par cette cascade métallique flasque, grise et rouillée n'est que pur vandalisme urbain


Projet alternatif de Valentin Fiumefreddo (1998)

A gauche: Projet alternatif de Valentin Fiumefreddo (1999)

Dire qu'il aurait suffi de conserver et de réaffecter les illustres pavillons de Baltard... Admettons que l'on décide pourtant de les remplacer. Les concepteurs de 1975 ont voulu un pavillon, des arcades et un ensemble de maisons de rapport entourant un jardin central (un "forum"), plus un centre commercial souterrain. Ce projet alternatif comporte les trois, sans massacrer le "ventre de Paris" avec de la mauvaise banlieue, dont même Dominique Perrault ne voudrait pas (1999). Nous remontons le niveau du centre commercial, que nous enterrons complètement, supprimant ce que l'on a longtemps appelé le "trou" des halles.
Sur notre dalle nous créons un jardin, et le séparons de la rue Rambuteau par une colonnade imitée du Palais Royal, couvrant les voies d'accès au centre souterrain et terminée par un petit pavillon de style Mansart. Bien, entendu, les immeubles pseudo hausmanniens, parfaitement justifiés en tant qu'habitat, deviennent de vraies façades en pierre de taille.
 

Projet de reconstruction des Halles par l'architecte et théoricien luxembourgeois Leon KRIER - 1979

Remarquer le respect des gabarits et de la physionomie du quartier. Au centre, un vaste edifice en pierre surmonté d'une troiture en charpente s'inspire à la fois des halles de Couhé et des pavillons de Baltard
Informations sur les travaux et la carrière de notre ami Leon KRIER
http://fra.archinform.net/arch/3423.htm

 

MISE A JOUR 2012

Les Halles
Projet définitif

 

La situation n'était plus tenable. L'une des réalisations les plus laides de Paris, déjà difficile à supporter lorsqu'elle était flambant neuve, était devenue, une fois démodée , et de surcroît dégradée, une pollution visuelle structurelle. C'en est donc fait, les "tentacules" métalliques des architectes Claude Vasconi (décédé en 2009) et Georges Pancréac'h sont actuellement démolis. Il a fallu reconnaître qu'il n'y avait rien à sauver de cet ensemble de tôle peintes et de vitreries salissantes enkystée dans le vieux Paris.

S'imposait également la réfection intégrale du sinistre échangeur du RER Châtelet les Halles, surnommé "le flipper" par les pauvres salariés qui le traversent tous les matins, qu'il faut également démolir, restructurer et éclairer à partir de la surface. 

Il est bien évident qu'un projet comme le nôtre, ou comme celui de Leon Krier, eu égard à l'environnement patrimonial visé, eût été la bonne solution. Et il est tout aussi évident que cela n'a pas traversé l'esprit d'un seul architecte ou politique une seconde. On vit avec son temps, on est tourné vers l'avenir et Paris doit donc être défiguré par du design industriel brutaliste.

Néanmoins, que penser du projet finalement retenu, dont on découvre ci-contre, à droite, des images ?  tout d'abord, Il nous a semblé légitime de donner la parole au principal intéressé, l'architecte de 1975 dont l'oeuvre va être démolie. Il est évidemment persuadé que son centre commercial était magnifique et comprend mal pourquoi tout le monde, y compris Mr Delanoë qui, bien que fort soucieux de passer pour "dans le vent", comme disaient nos grands-parents, le trouve d'une laideur exceptionnelle, comme 99.9% des gens, et entend ne pas en laisser une seule poutrelle (écaillée et rouillée) debout.

Georges Pancreac'h n'est évidemment pas content de voir détruire son oeuvre. Néamoins, ce point de vue inévitablement partial ne veut pas dire que lescritiques qu'il adresse au projet retenu sont dénuées de fondement. Il compare ici les plans des deux projets et les deux situations (pdf)

Source: http://www.accomplir.asso.fr association qui a pour objet d’améliorer la qualité de vie et la qualité de l’environnement des habitants du centre de Paris (quartier des Halles, quartier Montorgueil et environs)


Sera-ce mieux avec le projet Patrick Berger ? 

A en croire les dessins et vidéos incrustés ci-contre, oui. Encore faut-il se méfier au plus haut point des images de synthèse des architectes, qui ont toujours l'air géniales: tout est toujours propre, neuf et ensoleillé, des gens jeunes et beaux sourient, la verdure abonde, et les problèmes techniques non résolus, sont généralement éludés. Enfin il n'y a jamais ni clodos, ni tags, ni cartons McDonald's écrasés, ni flaques d'urine sèchée, et les bâtiments ne sont ni écaillés, ni décrépits ni couverts de fientes de pigeon. Les problème de sécurité sont inexistant, comme si l'on était dans la Suisse de "L'affaire Tournesol".

J'ai d'abord cru que ces structures étaient en bois, ce qui permettait de rêver d'une charpente "moderne" intéressante évoquant le nouveau centre Pompidou de Metz. Hélas elles sont en "verre autonettoyant, iridescent et opalescent". Donc ce sera très vite, sauf miracle, sale, ruisselant et opaque de crasse: cafard garanti. En outre, une couverture comme cela, non fermée, doit être imaginée quand il pleut, quand il fait froid et que des courants d'air glaciaux s'y engouffrent: imaginez.... Difficile de croire que les malheureux SDF ne vont pas s'y installer comme sous n'importe quel pont autoroutier: les SDF ont une obsession, en permanence, s'abriter de la pluie. Donc, à moins qu'une armée de vigiles y patrouille en permanence, cet endroit ne ressemblera pas au siège social d'une entreprise de la Silicon Valley, mais plus probablement, et très vite,  à la gare Montparnasse.
Nos confrères d'Archicool, site qui fait autorité, détestent, ce qui n'est pas bon signe quant à la qualité de ce projet.
Enfin, nous voulons bien y croire, si d'ici là des mesures de corrections des défauts les plus flagrants sont appliquées...

 

 

 


Palais des Congrès - Forum des Halles - Dases - Gare de Lyon - Quartier Maine - Montparnasse - Institut du Monde Arabe - Place de Catalogne - Ministère des Finances - Front de Seine - Jussieu - Place d'Italie - Grand Ecran - Centre Pompidou - Opéra Bastille - Conservatoire - Biblothèque Nationale de France

Les Halles, voyage au coeur du Paris de demain par Pavillon-Arsenal

Patrick Berger et Jacques Anziutti architectes/ Studiosezz