Pour m'insulter mail: Fiumefreddo






Qui a décidé ce saccage ? A-t-on les noms ? Comment expliquer cette indifférence d'analphabète pour un édifice aussi remarquable par sa qualité et son intérêt, que la gare de lyon, plus l'ensemble du début du siècle qui lui fait face, avec les rues Michel Chasles, Emile Gilbert, la rue Parrot, la rue Abel, harmonieux et cohérent?
On atteint ici le degré zéro de l'architecture. Ces tours avaient pour fonction, outre de paraphraser l'effrayant plan Voisin (ci contre), de moderniser un quartier classé insalubre dans une optique Corbuséenne. Mais l'insalubrité (indiscutable) de l'ex-ïlot Chalon ne peut servir de pretexte: les tours monstrueuses qui enserrent la rue de Bercy étaient déjà en place depuis plus de dix ans alors que la démolition de ces taudis traînait encore. L'impression de médiocrité, de pénombre, de saleté et de laideur que l'on retire d'une "promenade" rue de Bercy est un des sommets du genre.



AUTRES SITES MASSACRES:


Palais des Congrès - Forum des Halles - Dases - Gare de Lyon - Quartier Maine - Montparnasse - Institut du Monde Arabe - Place de Catalogne - Ministère des Finances - Front de Seine - Jussieu - Place d'Italie - Grand Ecran - Centre Pompidou - Opéra Bastille - Conservatoire - Biblothèque Nationale de France




Il n'est pas inutile de rappeler ce qu'était le plan Voisin, qui constitue une sorte de modèle fondateur pour tout ce qui fut fait de pire dans les années 60-70. Sur le dessin ci dessus, dû à Le Corbusier lui-même, on apperçoit les dix-huits tours de soixante étages prévues: 240 ha de patrimoine inestimable brutalement rasés, de la place de la République à la rue du Louvre, de la gare de l'Est à la rue de Rivoli. En rouge, l'emplacement du Louvre. Le point rouge en bas à droite représente un observateur situé devant l'institut. Vues de ce point, dix-huit "tours Montparnasse" se seraient dressées derrière le Louvre, comme une gigantesque porte de Choisy, dont on imagine l'état de dégradation "à la Front de Seine" quelques décennies plus tard...






Notre ensemble "haussmannien" sauve le site en recasant les bureaux logés dans les tours derrière des façades assurant la continuité avec l'environnement. Il n'est pas exclu que le gros poste de l'opération serait sans doute la démolition des tours elles-même.
Mise au point: le nom de Le Corbusier ne saurait donner à ces saccages une aura intellectuelle parfaitement usurpée. Il y a, en effet, gros à parier que les auteurs de cette horreur se souciaient de Le Corbusier comme d'une guigne. Ce n'étaient ni des idéologues ni des utopistes, mais de simples technocrates dépourvus de goût, sans doute amateurs de fauteuils en skaï, de cache radiateurs en laiton, de sols revétu de Dalflex gris, et roulant dans une R16 vert-bouteille.


Un article d'un "gratte-cieliste" modéré et intéressant sur le plan Voisin et les impasses de Le Corbusier
http://www.paris-skyscrapers.fr/article-12.html